Le statut nutritionnel et la fonction respiratoire sont étroitement liés chez l’adulte

Une équipe française met en évidence une association significative entre la dénutrition et l’état de la fonction respiratoire chez des adultes atteints de DMD.

Dans la myopathie de Duchenne (DMD), les problèmes respiratoires et nutritionnels sont fréquents. Pneumonie, insuffisance respiratoire… d’une part, troubles de la déglutition, dénutrition, langue volumineuse… d’autre part. Autant de paramètres qui altèrent la santé et la qualité de vie des malades et qu’il faut surveiller.

Afin de préciser le lien entre les états nutritionnel et respiratoire, une équipe de l’Hôpital Raymond Poincaré à Garches a analysé les données de 117 hommes atteints de DMD, âgés de 18 à 39 ans, tous sous ventilation mécanique à domicile et aucun sous corticoïdes. Pour évaluer leur statut nutritionnel, elle s’est appuyée sur l’indice de masse corporel (IMC), les taux sanguins d’albumine et de transthyrétine (ou préalbumine), des paramètres qui permettent notamment de détecter une dénutrition.
Les résultats publiés en mai 2021 ont montré :
– un indice de masse corporel (IMC) bas, en moyenne à 15,6 kg/m2, synonyme de dénutrition.
– une fréquence élevée de dénutrition (62%) et des troubles de la déglutition (34%),
– une fréquence de gastrostomie de 11%,
– une insuffisance respiratoire sévère,
– un lien significatif entre les paramètres nutritionnels évalués (IMC et taux d’albumine notamment) et la force des muscles respiratoires,
– un lien significatif entre les troubles de la déglutition et les évènements respiratoires.
Les auteurs concluent que l’insuffisance respiratoire pourrait altérer la prise orale d’aliments ou liquide et inversement ; ils parlent de « cercle vicieux » et recommande une prise en charge multidisciplinaire pour agir sur les deux plans.


Vous pourriez aussi aimer

Un commentaire

Laisser un commentaire à