Golodirsen et DMD : une tendance à protéger le muscle

La dystrophine produite chez les patients traités par le golodirsen (saut de l’exon 53 du gène DMD) pendant 48 semaines limiterait la dégénérescence des muscles.

Lire la suite