L’absence de dystrophine touche aussi le muscle lisse

Moins étudiés que les muscles squelettiques, les muscles lisses sont aussi touchés dans la myopathie de Duchenne : diminution de leur contractilité et ralentissement du transit intestinal.

Le corps humain est composé de 3 types de muscles : squelettiques, cardiaques et lisses.

Les muscles lisses sont ceux qui tapissent la paroi interne des organes « creux » comme les intestins ou le côlon, la vessie, l’utérus… Ils se contractent indépendamment de la volonté. Dans la maladie de Duchenne (DMD), l’atteinte du muscle lisse se traduit, notamment, par un ralentissement du transit intestinal et une constipation.

Des chercheurs américains ont étudié la contractilité de cellules de muscles lisses isolées ou de petites bandes de muscles de côlon de souris mdx (modèle de DMD) qu’ils ont comparé à celle de souris contrôles. La contraction provoquée des cellules musculaires lisses de souris mdx est diminuée par rapport à celle des souris contrôle. Au niveau moléculaire, cela se traduit par une réduction de l’expression de l’ARN messager de protéines impliquées dans la contraction telles que la caldesmone, la calponine, la tropomyosine et la smootheline. Les chercheurs ont également retrouvé chez la souris mdx un ralentissement du transit gastro-intestinal.

Ils concluent que la baisse de l’activité périsaltique du colon (c’est-à-dire des contractions permettant de faire progresser le contenu colique) et du ralentissement du transit gastro-intestinal pourraient s’expliquer par cette diminution de contractilité des cellules musculaires lisses liée à l’absence de dystrophine.


Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire à